Le CHU de Liège simplifie ses numéros de téléphone. Nous sommes à votre écoute !

.En savoir plus

×

EDITORIAL - CHUchotis oncologique n°11
Jeudi 14 octobre 2021

photo CHUchotis Pr Pierre Gillet web

Chère Consoeur,
Cher Confrère,

L’hôpital est le lieu de rencontre de nombreuses vulnérabilités. Lorsque la maladie survient, c’est toute une dimension nouvelle de soi qui surgit et s’impose au patient, à ses proches. C’est aussi parfois un moment complexe et délicat pour le personnel hospitalier qui doit mettre en mots l’indicible.

Annoncer une mauvaise nouvelle est à la portée de tous ; faire en sorte que cette annonce soit la plus soutenante et respectueuse possible fait par contre l’objet d’un apprentissage, ou tout le moins d’une attention particulière.

Parce que la mauvaise nouvelle s’immisce parfois douloureusement dans la relation soignant-soigné, et qu’elle peut interpeller celui qui la reçoit comme celui qui la porte, parce que le soin est une affaire de techniques et d’humains, notre hôpital propose à son personnel une formation spécifique à l’annonce et à l’accompagnement d’une mauvaise nouvelle.

D’abord adressée aux médecins ayant une pratique en oncologie, la première session de formation a débuté ce 12 octobre, à l’initiative de l’Unité de Psycho-oncologie du CHU de Liège, dans le cadre d’un projet de recherche mené en collaboration avec l’ULiège.

Nous faisons le point avec la psychologue Livia Peternelj, PhD. Elle nous présente ce projet collégial dont l’ambition contribue à rencontrer nos missions de soin au patient, dans toutes ses dimensions médicales, physiques et psychiques.

Je vous souhaite une excellente lecture,

Pierre Gillet
Directeur médical

CDJ Ban-annonce-mauvaise-nouvelle


Lire les autres CHUchotis oncologique