Le CHU de Liège simplifie ses numéros de téléphone. Nous sommes à votre écoute !

.En savoir plus

×

L’implantologie

Un implant dentaire est une racine artificielle, se présentant sous la forme d’une vis en titane, implantée dans l’os de la mâchoire. Son rôle est de remplacer la racine de la dent perdue. Cet implant sert de support pour réaliser une couronne, un bridge ou pour stabiliser une prothèse. La pose d’implant peut se faire chez des patients d’au moins 18 ans. Légalement, tout dentiste peut poser des implants. Cependant, nous considérons qu’une formation universitaire approfondie en implantologie ou parodontologie est un gage de sécurité et de qualité du traitement. Le Département de dentisterie de l’Université de Liège organise ce type de formation depuis de longues années.

2b2-a-Implant-
Les étapes du traitement

Premier RDV : Il est primordial de s’assurer que votre bouche soit en bonne santé avant d’envisager la pose d’un implant dentaire : ce n’est pas sur de mauvaises fondations que l’on bâtit une maison. Le praticien veillera ensuite à contrôler tous les paramètres lors d’un examen clinique et médical ainsi que le volume osseux, qui sera mesuré à l'aide d'un scanner (cone beam CT) afin de confirmer s’il est possible de poser l’implant, selon les paramètres de la dent à remplacer. Dans les cas où le volume osseux est insuffisant, il existe des techniques de reconstruction osseuses permettant de le rétablir. Les progrès récents assurent des résultats efficaces avec des interventions réduites.

Étape de planification : En fonction de la complexité du traitement, il est généralement recommandé de faire une planification prothétique, en collaboration avec le dentiste généraliste ou avec nos confrères spécialistes du Service de prothèse. Aujourd’hui, pour réaliser la planification implantaire, nous faisons appel aux technologies digitales (patient virtuel).

Pose d’implant : La pose d’implant se déroule sous anesthésie locale comme pour un soin dentaire classique. Le patient est préparé comme dans salle de chirurgie pour assurer des conditions d’asepsie strictes lors de la pose des implants. La pose des implants est complètement indolore car réalisée sous anesthésie locale. Suivi et restauration prothétique : En général, on attend que l’implant soit bien intégré à l’os dans lequel il a été placé avant de réaliser la prothèse (délai de 2 à 4 mois). Dans certains cas, une/des dent(s) provisoire(s) peuvent de suite être placées sur l’implant. Différentes réhabilitations prothétiques sont possibles, allant de la prothèse fixe (prothèse scellée ou vissée) à la prothèse amovible (complète ou partielle). Cette prise en charge est notamment proposée par nos confrères du Service de Prothèse Fixe et du Service de Prothèse Amovible.

 

1 - Est-il toujours possible de mettre des implants ?

Avant la pose des implants, une analyse précise du volume osseux est réalisée par des examens radiographiques. Dans les cas où le volume osseux est insuffisant, il existe des techniques de reconstruction permettant de le rétablir. Les progrès récents assurent des résultats efficaces avec des interventions réduites.

2 - Comment cela se passe-t-il ?

La pose d’implant se déroule sous anesthésie locale comme pour un soin dentaire classique.
Le patient est préparé comme dans un bloc opératoire pour assurer des conditions d’asepsie strictes lors de la pose des implants.

3 - Cela est-il douloureux ?

La pose des implants est complètement indolore car réalisée sous anesthésie locale.

4 - Combien ça coute ?

Le prix du remplacement d’une dent par une couronne sur implant varie en fonction du nombre de dents à remplacer, du nombre d’implants à poser et du type de prothèse à placer.  Nous vous invitons à prendre RDV avec l’un de nos spécialistes pour établir un plan de traitement avec un devis détaillé.

5 - Quelle est la durée de vie des implants ?

Les implants n’ont pas de durée de vie programmée et sont placés définitivement à l’image des dents naturelles. Comme celles-ci, certaines pathologies comme le déchaussement peuvent compromettre leur pronostic. On parlera alors de péri-implantite.
Le tabac, un historique de maladie parodontale et une mauvaise hygiène bucco-dentaire sont les principaux facteurs de risques du développement d’une péri-implantite.

6 - Y a-t-il des rejets, des contre-indications ? Quels sont les risques ?

S’appuyant sur une expérience clinique de plus de trente ans et plus de plusieurs millions de patients traités, les statistiques montrent un taux d’intégration des implants de plus de 99%. Dans de rares cas, il arrive que l’os ne se soude pas à l’implant dans sa phase de cicatrisation. L’implant sera alors remplacé et il en résultera un délai supplémentaire dans le déroulement du traitement.

Les implants n’ont pas de durée de vie programmée et sont placés définitivement à l’image des dents naturelles. Cependant, certaines pathologies comme le déchaussement peuvent compromettre leur pronostic.

On parlera alors de péri-implantite. Le tabac, un historique de maladie parodontale et une mauvaise hygiène bucco-dentaire sont les principaux facteurs de risques du développement d’une péri-implantite.

7 - Qui pose les implants ?

Légalement, tout dentiste peut poser des implants. Nous considérons qu’une formation universitaire approfondie en implantologie ou parodontologie est un gage de sécurité et de qualité du traitement. Le département de dentisterie de l’université de Liège organise ce type de formation depuis de longues années.

8 - Quels sont les avantages des implants dentaires par rapport aux appareils dentaires et aux bridges ?

Les réhabilitations fixées sur implants apportent un confort très supérieur au port de prothèses amovibles. Contrairement aux bridges classiques, les implants permettent d’éviter la mutilation des dents voisines. De plus, les implants apportent un support supplémentaire plutôt que de s’appuyer sur les dents restantes. Lorsque le patient est déjà porteur de prothèse amovible, les implants apportent une stabilité beaucoup plus élevée à cette prothèse.