Le CHU de Liège simplifie ses numéros de téléphone. Nous sommes à votre écoute !

.En savoir plus

×

L'Infirmité motrice cérébrale ou paralysie cérébrale est caractérisée par des troubles du développement du mouvement et de la posture. Ceux-ci sont attribués à des processus pathologiques non progressifs affectant le cerveau immature dans la période anté/péri-natale ou dans les mois qui suivent la naissance.

Les étiologies sont variées : malformations cérébrales, troubles secondaires à des maladies métaboliques/infectieuses/virales touchant la mère et/ou l'enfant, l'anoxie à l'accouchement ou des complications dans les 24 premiers mois de vie (traumatisme crânien, méningite, etc.). La première cause reste toutefois la prématurité.

L'incidence est estimée à 0,2% soit environ 200 nouveaux cas chaque année et un total d'environ 18000 patients en Belgique.

Les premiers signes, souvent notés par les parents, sont des difficultés ou un retard dans le développement de la motricité chez le nourrisson.

Le handicap moteur séquellaire se compose à des degrés divers, de troubles du mouvement et de la posture. Il peut s'y associer des difficultés spécifiques des fonctions supérieurs, des troubles de l'attention, du langage, des difficultés perceptives (audition, vision) gênant les apprentissages scolaires.

L'IMC est due à une lésion non progressive, mais pourra de plus engendrer des déformations orthopédiques. L’hétérogénéité des symptômes implique la prise en considération de nombreux problèmes. L'essentiel de la prise en charge consiste à prévenir les complications et nécessite un suivi régulier et une réadaptation par une équipe multidisciplinaire comprenant les médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, logopèdes, éducateurs, infirmiers, assistants sociaux, psychomotriciens et psychologues.


Médecin impliqué

Médecine de l'appareil locomoteur : Prof Jean-François Kaux

CONTACT

Coordinateur : Prof Jean-François Kaux

Prise de RDV : +32 (0)4 242 52 52

Lien utile

Orphanet