Bannière gyneco-obstetrique Fausse couche du premier trimestre

Il s’agit de l’arrêt spontané du développement de la grossesse avant 14 semaines d’aménorrhée. Cette complication est malheureusement fréquente puisqu’elle concerne entre 10 et 25% de l’ensemble des grossesses cliniques (celles qui sont confirmées par une échographie).

Dans la plupart des cas, il n’y a pas d’explication retrouvée. Occasionnellement, un problème génétique, un problème de coagulation, une maladie de système ou une malformation utérine peuvent expliquer cet accident. Un bilan est habituellement proposé au-delà de 2 à 3 fausses couches successives.


Menace d’accouchement prématuré

La menace accouchement prématuré se définit par l’association de contractions utérines régulières associées à des modifications du col de l’utérus entre 24 et 37 semaines d’aménorrhée. Cette complication aboutit parfois à un accouchement prématuré et donc à la naissance à un terme prématuré du nouveau-né.

En cas de menace d’accouchement prématuré, une hospitalisation est nécessaire afin de tenter d’arrêter les contractions utérines et de réaliser une cure de maturation fœtale afin de préparer le fœtus à une éventuelle naissance trop précoce.

Selon les conditions et le terme de la grossesse, un transfert vers une maternité disposant d’un service de néonatologie intensive sera envisagé.


Diabète de grossesse

Le diabète de grossesse est une complication pouvant arriver en cours ce grossesse. Il s’agit d’une incapacité du corps de la future mère à gérer l’équilibre du sucre dans son sang. Ceci peut avoir différentes répercussions mais le risque principal est celui d’avoir un fœtus d’un poids supérieur à la moyenne (macrosomie) avec un risque d’un accouchement potentiellement plus compliqué.

Le diabète de grossesse est dépisté chez toutes les femmes enceintes (par la première prise de sang au début de grossesse ainsi que par l’HGPO entre 24 et 28 semaines d’aménorrhée). En cas de test positif, vous serez adressée à nos collègues diabétologues avec qui nous travaillons de façon conjointe pour prendre en charge cette situation de façon optimale.


Pré-éclampsie

La pré-éclampsie est une complication qui apparait (à des degrés variables) chez +- 5% des femmes enceintes. Il s’agit d’une maladie spécifique de la grossesse liée à un défaut de la placentation (moment durant lequel le placenta s’installe dans l’utérus).

A la suite de cette anomalie, celui-ci peut devenir insuffisant (et donc moins bien nourrir le fœtus qui peut alors ralentir sa croissance) voir toxique pour la mère. En fonction du terme de la grossesse et de la sévérité de la maladie pré-éclamptique, l’accouchement sera avancé afin d’interrompre la pathologie