Le CHU de Liège simplifie ses numéros de téléphone. Nous sommes à votre écoute !

.En savoir plus

×

La néphronophtise est une néphropathie tubulo-interstitielle chronique, parfois associée à des signes extra-rénaux, qui fait partie d’un groupe de maladies appelées ciliopathies.

La présentation clinique est très variable. Les symptômes apparaissent souvent dans l’enfance, mais il existe des formes tardives. Un syndrome polyuro-polydypsique est fréquent, avec énurésie nocturne persistante ou secondaire. L’âge de l’insuffisance rénale terminale est variable, en moyenne vers l’âge de 13 ans.

La transmission de ces pathologies est autosomique récessive, c’est-à-dire que l’enfant doit avoir reçu 2 copies du gène muté, une de chacun des deux parents, pour que la maladie se développe. Plus de 25 gènes sont impliqués.  La néphronophtise juvénile, la forme la plus fréquente, est liée à des mutations du gène NPHP1.

La prévalence de la maladie est estimée à 1/100 000 naissances. Elle représente la cause génétique la plus fréquente des insuffisances rénales terminales de l’enfant et du jeune adulte (5 à 10%).

Le traitement est conservateur, il n’y a pas de traitement spécifique à ce jour.

Description de la consultation

Consultation combinée d’un néphrologue pédiatre ou adulte, d’un diététicien spécialisé, d’une infirmière d’éducation thérapeutique, d’une psychologue, d’une assistante sociale et d’un urologue spécialisé. L’équipe paramédicale se charge de l’évaluation des besoins et des acquis du patient (et de sa famille s’il s’agit d’un enfant) concernant la maladie, de l’établissement d’un programme de rééducation fonctionnelle visant l’acquisition des connaissances utiles concernant la maladie et ses conséquences (traitement, mesures diététiques), de l’instauration et de la supervision du régime diététique adapté, de la stimulation et du suivi de l’adhésion au traitement et au régime, de l’instauration d’une thérapie psychologique cognitivo-comportementale, pour apprendre à contrôler le stress, l’anxiété, la dépression, la douleur qui résultent de la maladie, prévenir et compenser les conséquences de la maladie sur la fonction cognitive.  L’assistante sociale accompagne le patient dans ses démarches afin de favoriser son insertion sociale/scolaire.

Un bilan ophtalmologique, neurologique, hépatique et ORL de départ est nécessaire puis un suivi en fonction des anomalies associées est mis en place.

Le néphrologue pédiatre/adulte gère le traitement conservateur, le suivi de la fonction rénale et le cas échéant, la préparation à la greffe.

Médecins impliqués

Pédiatrie (néphrologie pédiatrique) : Dr Laure Collard, Dr Marie-Sophie GhuysenDr Jacques Lombet, Dr Angélique Dachy

Néphrologie (adultes) : Dr Bernard Dubois

Ophtalmologie : Dr Cécile Andris

ORL, d'audiophonologie et de chirurgie cervico-faciale 

Gastro-entérologie, hépatologie et oncologie digestive 

Neurologie 


Personnel paramédical impliqué

Psychologie clinique et action sociale : Stéphanie Leroi (psychologue), Nathalie Joskin (assistante sociale)

Infirmière d'éducation thérapeutique : Elvire Duchesne

Logistique hôtelière : Mélanie Somja (diététicienne)

CONTACT

Coordinatrice : Dr Laure Collard

Email : Cliquez ici pour afficher l'email

Secrétariat de Néphrologie : Mme Anne-Marie Schombrodt

Renseignements : +32 (0)4 366 85 34, +32 (0) 284 38 98

Prise de RDV : +32 (0)4 242 52 52, +32 (0)4 270 31 70, +32 (0)4 270 34 13

Association de patients

AIRG Belgique