Le CHU de Liège simplifie ses numéros de téléphone. Nous sommes à votre écoute !

.En savoir plus

×

Principe

Associée à l’anesthésie générale, une analgésie par mise en place d’un cathéter de péridurale peut être proposée dans le cadre d’une chirurgie abdominale, pulmonaire, mammaire , gynécologique et des membres inférieurs.  La péridurale va permettre de diminuer la sensibilité de la région opérée en cours d’intervention et après celle-ci.

L’anesthésiste place un cathéter au pourtour de la membrane qui entoure la moelle épinière. Par celui-ci, il (elle) injecte un anesthésique local (semblable à ceux utilisés par votre dentiste ou votre médecin traitant pour suturer une plaie). Ceci bloque à ce niveau l’information nerveuse douloureuse.  La mobilité des membres peut être partiellement réduite.  Parfois, un antidouleur peut également être injecté seul ou en association.

L’effet antidouleur de la péridurale est prolongé en postopératoire par l’injection continue d’un anesthésique local, au travers du cathéter. Ceci réduit la consommation de médicaments analgésiants à base de morphine, diminuant ses effets indésirables (nausée, démangeaisons, …)

Il y a des variantes de cette technique :

  • le bloc paravertébral (chirurgie mammaire) : l’anesthésique local est injecté au voisinage du nerf, juste à la sortie de la colonne vertébrale.  L’effet est identique à la péridurale.
  • la séquentielle :  combine une anesthésie rachidienne  avec une analgésie péridurale.  Elle permet la réalisation de chirurgie sans avoir recours à l’anesthésie générale (particulièrement utile dans la chirurgie de pontage des membres inférieurs).

 

Voir Spécificités de la péridurale obstétricale 

En savoir plus ⇓