1. Qu'est-ce que l'hormonothérapie ?

Les hormones sont des substances produites naturellement par les différentes glandes présentes dans notre corps, telles que, notamment, les ovaires et les testicules. L'ensemble des glandes qui produisent les hormones est appelé "système endocrinien". Les hormones sont transportées dans notre sang et agissent comme des messagers entre différentes parties de notre organisme. Elles ont beaucoup d'effets dont l'un d'eux consiste à contrôler la croissance et l'activité de certaines cellules et certains organes.

Certains cancers se servent des hormones pour croître. L'hormonothérapie du cancer consiste à utiliser des médicaments pour bloquer les effets des hormones. Tous les cancers ne répondent pas à l'hormonothérapie. Les médecins peuvent avoir recours à l'hormonothérapie pour traiter les personnes atteintes de cancers qui sont sensibles aux hormones ou hormono-dépendants. Les médecins peuvent recommander un test aux récepteurs hormonaux pour savoir si une tumeur donnée est sensible aux hormones. Ce test mesure la quantité de certaines protéines (appelées récepteurs hormonaux) présentes dans le tissu cancéreux. Les hormones (telles que les oestrogènes et la progestérone) peuvent se lier à ces protéines. Un test positif indique que la croissance des cellules cancéreuses est probablement influencée par une/plusieurs hormones. Ce test peut ainsi aider à prédire si, pour une tumeur donnée, l'hormonothérapie peut être utile ou pas.

Les cancers qui peuvent être sensibles aux hormones sont principalement le cancer du sein, le cancer de la prostate et le cancer de l'utérus (également appelé cancer de l'endomètre).

L'hormonothérapie est considérée comme un traitement systémique, ce qui signifie qu'elle peut agir dans tout le corps. De ce fait, elle permet d'atteindre et d'agir sur les cellules cancéreuses qui ont quitté la tumeur initiale et se sont répandues dans le corps (cellules métastatiques).

2. Objectifs

Un cancer qui est sensible aux hormones ou qui est hormono-dépendant a besoin des hormones pour croître ou pour se développer. Dans ce cas, les traitements hormonaux peuvent ralentir ou stopper la croissance du cancer de plusieurs façons :

  • En empêchant les cellules cancéreuses de capter les hormones nécessaires à leur croissance et à leur division.
  • En traitant les glandes qui produisent les hormones concernées de façon à bloquer la production d'hormones.
  • En retirant par chirurgie les glandes qui produisent les hormones concernées (ex. : les ovaires qui produisent les oestrogènes et les testicules qui produisent la testostérone).

Le choix du type d'hormonothérapie à utiliser dépend de plusieurs facteurs dont notamment le type et le stade de la tumeur ainsi que l'état de santé général du patient.

3. Administration

L'hormonothérapie peut être administrée de plusieurs façons :

  • Par voie orale : certains traitements sont pris par la bouche.
  • Par injection : certains traitements sont administrés par injection sous la peau (sous-cutanée) ou dans le muscle (intramusculaire).
  • En pratiquant une intervention chirurgicale : par exemple, le retrait chirurgical des ovaires chez la femme ou des testicules chez l'homme entraîne une diminution de la production de certaines hormones.

4. Associations de traitements

Le médecin peut prescrire des traitements hormonaux avant, pendant ou après d'autres traitements anticancéreux :

  • Dans certains cas, l'hormonothérapie peut être administrée dès que le cancer est diagnostiqué, et ce avant tout autre forme de traitement. L'objectif est alors de réduire la taille de la tumeur ou de stopper la progression de la maladie. On parle dans ce cas d'hormonothérapie "néoadjuvante". Les traitements "néoadjuvants" renforcent l'efficacité du traitement de première ligne.
  • Dans d'autres cas, lorsque le cancer se trouve à un stade avancé, l'hormonothérapie peut être employée dans le but de soulager les symptômes douloureux et pénibles qui lui sont associés.