Ci-dessous sont expliquées brièvement les différentes étapes suivies lorsque le cas d'un patient atteint d'un cancer requiert l'avis d'un collège de médecins spécialistes de disciplines différentes afin d'établir de façon optimale les examens complémentaires auxquels il faut procéder ou le diagnostic et/ou le plan de traitement à proposer à ce patient :

  • Le médecin généraliste ou spécialiste prenant en charge le cancer du patient demande à ce que le cas de celui-ci soit présenté et discuté lors d'une concertation oncologique multidisciplinaire (COM).

  • Avant la tenue de la COM, le dossier complet du patient est transmis à tous les médecins faisant partie du collège de spécialistes, et ce afin que chacun prenne connaissance du cas qui sera discuté.
  • Lors de la COM, le cas est discuté collégialement afin de décider du traitement ou des examens complémentaires auxquels le patient doit procéder afin d'établir un diagnostic.
  • Une fois la COM terminée, un rapport rédigé par le médecin coordinateur est transmis à l'ensemble des médecins y ayant participé, au médecin qui en a fait la demande, au médecin généraliste du patient, au médecin-conseil de l'organisme assureur ainsi qu'au data-manager de la COM. Ce rapport comporte notamment une description du problème initial, un aperçu des données médicales disponibles, de même que l'avis du collège de spécialistes, lequel se base à la fois sur des arguments médicaux, psychiques et sociaux. En cas de renvoi vers un autre hôpital pour une "COM de renvoi", le nom de ce dernier est mentionné dans le rapport.
  • Lors d'une consultation ultérieure à la COM, le médecin (généraliste ou spécialiste) en charge du cancer du patient, éventuellement accompagné par l'infirmière de liaison, communique à son patient les décisions prises lors de la COM.

  • A partir du rapport de la COM et du dossier médical informatisé du patient, le data-manager de la COM peut compléter un formulaire destiné au Registre du Cancer. Ce formulaire, permet ainsi à cet organisme de collecter des données sur les nouveaux cas de cancer en Belgique. Les données récoltées par ce biais sont une source importante d'informations puisqu'elles permettent au Registre du Cancer de : réaliser des études sur les causes du cancer, participer à l'évaluation des programmes de dépistage, évaluer la qualité des traitements, analyser la distribution géographique des différents types de cancers, leur incidence et leur évolution afin d'émettre des hypothèses quant à leurs causes dans le but d'établir des politiques de prévention optimales. Ainsi, le Registre du Cancer représente notamment un des systèmes de recueil de données sanitaires dont dispose la Communauté française pour contribuer à l'établissement de politiques de santé efficaces.

  • S'il est d'avis que le cas du patient nécessite une remise en question du diagnostic et/ou une adaptation du planning thérapeutique, celui-ci pourra à nouveau être discuté de manière collégiale, et ce dans le cadre d'une "COM de suivi".